May 23, 2017

Ce sont souvent les deux grandes valeurs morales qui nous permettent de faire des choix, d’avancer dans la vie en ayant le sentiment de  s’orienter judicieusement dans notre parcours.

Hors souvent nous ne savons pas vraiment pourquoi nous aimons, et pourquoi nous n’aimons pas. En ce qui concerne la nourriture,  on dit aux enfants  » goûte avant de dire que tu n’aimes pas…  » et il faudrait ré-apprendre cette démarche pour tout..

Parce que pour connaitre nos préférences, étant petits nous nous sommes appuyés sur des expériences, personnelles ou non, qui sont devenues nos références, qui engagent désormais notre « goût ». Aujourd’hui peu d’entre nous connaissent les vraies raisons de ces préférences…

Avec la Sophrologie Dynamique nous allons découvrir les schémas habituels que nous avons au fond de nous pour l’appréciation des choses, les remettre en cause en tentant d’aller à la découverte de la sensation pure, de la manifestation corporelle.

Aller juste écouter les signes primaires que nous envoient tous nos sens, en laissant de côté la notion qui en découle d’appréciation et de jugement.

Juste écouter, sentir, voir, goûter et toucher. Juste ça.

Pour se familiariser avec notre corps et sa façon de nous faire parvenir les émotions.

Parce que tout ne se résume pas à « j’aime ou j’aime pas ».

Les choses sont ce qu’elles sont. Nous ne sommes en aucun cas condamnés à aimer ou pas ces choses.

Nous pouvons juste les « voir », les « sentir », les « écouter », les « goûter » et les « toucher » pour ce qu’elles sont et seulement ce qu’elles sont.

Sans constat de préférence. Sans jugement de valeur.

Juste constater leur présence pour ce qu’elles sont et non pour ce que leur présence engendre chez nous.

Auteur : Véronique BRUSA PASQUE, Sophrologue.

Les commentaires sont fermés