May 27, 2016

Nos enfants ont cette capacité extraordinaire à vivre pleinement l’instant présent.

A mon sens, la sophrologie permet de préserver cette capacité naturelle de présence et d’attention des enfants à l’instant présent.

Les problématiques que j’ai eu à traiter avec les enfants jusqu’à présent sont variées.

Les parents amènent leurs enfants en consultation car ils les sentent stressés, anxieux avec souvent des difficultés pour trouver le sommeil, des maux de ventre, de tête. Il y a aussi la timidité, le manque de confiance en soi, les TICs, l’hyperactivité, l’agressivité ou le manque de concentration (qui inquiète les parents appréhendant l’échec scolaire).

Les enfants d’aujourd’hui sont très sollicités et subissent le rythme de vie très soutenu de leurs parents. Il en découle des emplois du temps très chargés. Les mercredis et samedis, ils enchaînent devoirs, leçons et activités à un rythme effréné avec très peu de temps morts. Apprentissage, performance, compétition sont les maîtres mots.

Certes, les enfants sont curieux, ont soif d’apprendre, mais tachons de ne pas surcharger leur emploi du temps et de leur laisser quelques plages pour l’ennui et le rêve. Ce temps là n’est pas du temps perdu, loin de là ! D’autant plus que la rêverie ou l’ennui sont nécessaires à l’enfant pour entrer en contact avec son désir et pour se ressourcer après avoir emmagasiné tout ce qu’il a à apprendre par ailleurs.

N’oublions pas que les enfants ont autant besoin que nous de moments de détente physique et mentale.

J’ai constaté que les enfants apprécient et attendent avec impatience leur séance de sophrologie, ce temps de pause dans leur quotidien bien rythmé. Un temps bien à eux, où ils apprécient de pouvoir souffler, se calmer, se recentrer, rêver.

Mais la relaxation est une activité à part entière ! Ainsi, la sophrologie donne la part belle à l’écoute, aux ressentis corporels. Les exercices adaptés à l’enfant vont lui permettre de renforcer la conscience de son corps dans l’espace, de ses sensations, de ses 5 sens tout en s’appuyant  sur les qualités de l’enfance : imagination, émerveillement, spontanéité, authenticité, joie de vivre.

 « Apprendre à un enfant à se relaxer, c’est lui apprendre qu’être dans la vie, ce n’est pas forcément être toujours en mouvement ». Certains enfants sont tellement souvent dans l’action et la performance, qu’ils ont cette peur de l’inaction et de l’ennui ; mais il est aussi important de leur apprendre à se poser (sans culpabilité), à faire des pauses sur des instants de vie où ils se sentent bien tout simplement, des moments qui engagent davantage les sens, les sensations du corps (et pas besoin d’habiter à la campagne pour cela !  comme regarder la belle couleur du ciel, s’arrêter devant la jolie vitrine colorée d’un magasin, capter le chant d’un oiseau dans un parc, …).

Apprendre à faire le calme à l’intérieur et y trouver du plaisir, et surtout apprendre à être attentif et à cultiver les petits bonheurs simples du quotidien.

La respiration prend évidemment une place importante et il s’agira d’apprendre à s’en servir pour se détendre, se calmer dès qu’il en ressentira le besoin. L’enfant ressent très vite qu’avec sa respiration, il peut faire beaucoup de bien à son corps.

Les enfants se rendent compte aussi vite que pratiquer la sophrologie c’est goûter une expérience et faire des découvertes qu’ils pourront utiliser dans leur vie de tous les jours, à l’école, à la maison, avec des amis et même dans leur vie d’adulte.

Nous parents, tachons de préserver cette capacité de l’enfant à être présent.

Tel un petit arbre, apprenons lui à s’ancrer dans le moment présent pour y puiser sa force.

Auteur : Laurence LE HENRY, Sophrologue.

Les commentaires sont fermés