May 26, 2017

Il y a deux ans, la Sécurité sociale aurait remboursé plus de 22 milliards d’euro de médicaments, ce qui fait de nous le premier pays consommateur de médicaments en Europe, loin devant les Italiens et les Allemands. Si ces chiffres semblent élevés, notons qu’ en matière de protection, en France, près de 3 millions de personnes n’ont pas les moyens de financer une mutuelle et près d’un français sur deux hésitent souvent à aller consulter en raison du coût.

La nouvelle mesure concernant l’obligation de prise en charge des mutuelles par les entreprises pour les salariés devrait permettre de favoriser un meilleur accès aux soins de santé. D’autant plus, qu’il est aussi désormais possible pour les entreprises et les comités d’entreprises de proposer des chèques santé.

On connaissait les chèque repas ou tickets restaurants pour ceux qui n’avaient pas accès à un restaurant d’entreprise. Les employeurs offrent à leurs salariés davantage de soins et de bien-être.

Car l’intérêt de ces chèques santé est de pouvoir aller consulter l’ensemble des praticiens qui ne sont remboursés ni par la sécurité sociale ni par les mutuelles.

Sont donc concernés autant les chirurgiens dentistes, les ostéopathes, psychologues que les acupuncteurs ou encore les sophrologues.

La Chambre Syndicale de la Sophrologie a d’ailleurs déjà signé un partenariat  pour permettre à ses membres sophrologues d’adhérer au réseau des praticiens affiliés Chèque Santé.

Le principe est simple :

L’entreprise fixe librement le montant du chèque santé.

Le bénéficiaire perçoit ses chèques santé soit directement sur son mobile, soit sur une carte prépayée, puis choisit dans l’annuaire des praticiens affiliés au réseau et règle la consultation directement avec le chèque santé, en version mobile ou carte.

Un vrai gain en terme de pouvoir d’achat pour les salariés des entreprises. Ces dernières investiront très certainement davantage pour contribuer au bien-être de leurs employés, au regard de l’impact des arrêts maladie ou de l’absentéisme sur les performances et la pérennité d’une entreprise.

Est-ce alors la fin du stress au travail, des troubles musculo squelettiques ? Est-ce le début du salariat heureux, bien dans sa tête et en pleine santé ?

Le principe se met en place cette année, les premiers bilans à venir d’ici quelques mois autant chez les praticiens, employeurs que bénéficiaires seront intéressants à consulter.

En tout cas, plus aucune raison désormais de sentir déprimé, fatigué ou angoissé…!

Fxj

 

Les commentaires sont fermés