Parlons sophrologie

Le magazine Marie Claire abordait, cette semaine,  les bienfaits de la sophrologie au-travers de sa rubrique Bien-être.

La sophrologie semble avoir le vent en poupe depuis quelques années, au regard des nombreux articles de presse qui lui sont consacrés chaque semaine. Un engouement d’ailleurs soutenu par les vidéos d’exercices pratiques de relaxation dynamique et statique diffusés via les réseaux sociaux. Même les sportifs de haut niveau et autres stars cathodiques n’hésitent plus à en faire l’éloge.

Si la méthode se diffuse, elle reste encore souvent cloisonnée sur le bénéfice de la simple détente et de la gestion du stress et des émotions. 

La sophrologie apporte pourtant des bienfaits pluriels encore trop souvent méconnus du grand public.

Pour une compétition, un examen, un entretien ou un accouchement, la méthode est évidement efficace sur les phénomènes liés à l’anxiété d’anticipation.

Mais sait-on qu’un sophrologue peut aussi proposer à un sportif de renforcer sa capacité motrice et respiratoire, optimisant ainsi ses capacités physiques pour rester performant pendant toute la durée des épreuves.

La gestion du stress en entreprise est largement plébiscitée. Elle correspond à une réalité mais aussi à une demande.  En revanche combien de managers font appel aux sophrologues pour l’optimisation de la performance, de la concentration et de la créativité. Trop rares encore sont les sophrologues qui interviennent auprès des services de marketing, de r&d et de communication pour donner un nouvel élan à l’inspiration créative. Et pourtant des outils existent…

Les articles et les journalistes relatent en large majorité la détente, le lâcher-prise, la relaxation, apports indéniables de la sophrologie, mais peu d’articles paraissent à date sur la gestion de la vitalité, par exemple. Et pourtant, là encore, la sophrologie a les mêmes effets qu’une boite de vitamines.

Définir la technique en elle-même et ses applications est certes difficile.

Ses sources d’inspiration et ses influences sont nombreuses.

Le champ des possibles l’est encore plus. Faire comprendre que la méthode est aussi performante dans l’accompagnement d’une phobie, d’une femme enceinte pendant sa grossesse, d’un malade pendant un traitement que pour apaiser les enfants agités, retrouver un sommeil réparateur ou s’habituer à ses acouphènes n’est pas chose facile. Cet inventaire a la Prévert, même si, il est réel, pourrait d’ailleurs faire penser que la sophrologie est un remède miracle à tous les maux, ce qu’elle n’est pas.

Un peu de diversité  ferait néanmoins le plus grand bien et ouvrirait enfin de nouvelles portes et perspectives à une littérature et des écrits déjà bien étoffés.

NT

 

 

 

2017-06-13T12:39:13+00:00 28/04/2016|Bien-être|