May 29, 2017

Au fil des années, les études se poursuivent pour mettre en avant l’intérêt de la sophrologie dans l’accompagnement des patients notamment atteints de pathologies lourdes.

Reconnue comme l’un des soins de supports* dans le dernier Plan Cancer 2014-2019 mis en place par le gouvernement, la sophrologie semble être de plus en plus plébiscitée par les malades et les équipes qui les accompagnent.

L’Institut Curie propose, au sein de sa structure, depuis 2007, des séances de sophrologie. Une étude observationnelle a ainsi été menée auprès de deux groupes de femmes atteintes d’un cancer du sein non métastasé et sous traitement chimiothérapique.

Ce traitement est à la fois long et lourd. Les personnes sous traitement se plaignent, en grande majorité, de fatigue , d’effets secondaires couplés à des phénomènes d’anxiété.

Pour faire face à ce temps perçu comme difficile, les séances de sophrologie pourraient ainsi avoir toute légitimité au regard des effets normalement apportés par cette méthode.

 

Deux groupes d’études

L’étude s’est portée sur 41 femmes âgées entre 26 et 66 ans, avec un âge médian de 51 ans. Un premier groupe regroupait 22 femmes suivant les séances pendant leur traitement. Le second lui était formé de 19 femmes débutant les séances à la fin et après leur traitement de chimiothérapie.

Pour le premier groupe, les indices d’anxiété et de qualité de vie, entre le début et la fin des séances ont nettement été améliorés. Les nausées ont pu être diminuées. Aucune incidence n’a en revanche été signalée concernant les indices de fatigue ou d’insomnie. Une note moyenne de 8.5/10 a été attribuée aux effets des séances par ce groupe.

Le second groupe a rapporté, à la différence du premier, une répercussion favorable sur le sommeil. La qualité de vie est perçue, là encore en nette amélioration. Les séances semblent également avoir eu un impact bénéfique sur les épisodes d’anxiété et de nausées.

La moyenne délivrée par ce groupe a été de 8.37/10.

 

Des résultats concluants

Des retours positifs qu’il convient bien sûr de pondérer car il s’agit d’une étude observationnelle, mais qui recoupent les retours de nombreux malades atteints d’un cancer ayant le fait le choix de la sophrologie comme soin de support*.

Les résultats de cette étude sont consultable dans le dernier numéro de la revue Soins numéro 800 en date de novembre 2015.

Fxj

 

*soin de support : de l’anglais supportive care désigne l’ensemble des soins pouvant venir en complément d’un traitement classique pour l’aider à combattre sa maladie et aller mieux

Les commentaires sont fermés