Accompagnement périnatal : témoignage d’une sophrologue sophronisée

  • périnatalité sophrologie

J’apporte ici mon témoignage de « sophrologue sophronisé » dans le cadre de l’accompagnement à la naissance. Et oui, il existe des Sophrologues qui se retrouvent dans la peau du client.

Même si la Sophrologie fait partie du quotidien des sophrologues, tester « l’efficacité » de cet outil sur soi, et en plus dans le cadre d’une grossesse et d’un accouchement est une belle opportunité et un beau chemin.

J’ai découvert la sophrologie durant mes grossesses précédentes. Je me suis rendue compte, bien plus tard, que je n’avais fait qu’effleurer les richesses qu’offre cette méthode. Et j’ai redécouvert la Sophrologie durant des vacances il y a 4 ans, et depuis la Sophrologie ne m’a plus lâchée, au point d’en être devenue sophrologue.

Et voilà que la sophrologue que je suis, a la grande joie de pouvoir tester ce qu’elle enseigne à ses clientes sur elle-même, et ce dans le cadre périnatal.

Mes deux premiers accouchements se sont déroulées par voie basse sous péridurale bien dosée, c’est à dire je profitais des sensations sans subir la douleur. Pour cette troisième fois j’ai choisi de profiter là encore de la péridurale.

La grossesse s’est déroulée agréablement, le bébé profitait pleinement des séances que je dispensais à mes clients et se régalait durant notre préparation sophrologique à la naissance. J’avais aussi fait le choix de suivre la préparation à l’accouchement proposée par la maternité (même si j’allais accoucher de mon troisième, il me semblait important de reprendre contact avec les sages-femmes). Je me faisais une joie d’assister à un module « Sophrologie » sur lequel je comptais pour en apprendre encore plus. Hélas pendant une heure on nous a bien expliqué que l’accouchement se passerait bien mieux si on était détendu et pour cela qu’il serait bien de faire de la Sophrologie, mais nous n’avons même pas eu l’occasion d’y goûter, sans doute par manque de temps… J’ai continué de mon côté à m’entrainer à respirer, à faire tourner dans ma tête des images ressources…

Et le jour J, ou plutôt la nuit N arrive.

Je prends mon temps pour observer l’avancée du travail. J’attends que les contractions se rapprochent. Puis nous partons pour la grande aventure. Arrivés à la maternité et après l’auscultation, j’ai mon ticket d’entrée en salle de naissance. Depuis le début du travail j’accompagne chaque contraction avec mon souffle. Enfin le moment de la pose de la péridurale et… péridurale mal posée, je me retrouve « coupée » en deux dans le sens vertical. Un côté est anesthésié mais pas l’autre, ce qui ne divise pas par deux la douleur. Après une seconde intervention de l’anesthésiste, je me retrouve coupée en deux mais ce coup ci dans le sens horizontal, certes, je n’avais plus de douleur mais je ne ressentais plus rien du tout dans le bas de mon corps ce qui me gênait beaucoup pour accompagner le travail. Devant ce constat, j’ai finalement fait le choix de ne plus être sous péridurale et de vivre cet accouchement en ressentant tout, même la douleur.

Et voilà la sophrologue confrontée à la douleur, ne comptant plus que sur son bel outil pour dépasser ces moments très particuliers !
Et bien ça marche !!!!!! OUI !!!

La Sophrologie n’est pas une formule magique pour faire disparaître la douleur des contractions, c’est une formule d’accompagnement pour gérer la douleur.

Durant toutes les contractions qui ont suivit l’abandon de la péridurale jusqu’à la naissance du bébé, je suis restée concentrée sur ma respiration qui accompagnait le mouvement de la contraction. J’étais à la fois très présente à l’intérieur même de mon corps, c’est à dire j’étais très concentrée sur la zone du ventre, et en même temps je mettais des images « ressources » sur la douleur. Une véritable gymnastique que je me félicitais d’avoir mis en place durant les semaines précédentes. Et enfin le moment tant attendu est arrivé : la naissance du bébé ! Là encore mon souffle nous a accompagné et en très peu de temps un beau bébé de 4kg200 s’est exprimé dans un souffle un peu rauque : le premier cri du bébé.

Depuis je transmets ce précieux outil avec encore plus de profondeur et de conviction. Oui la Sophro peut nous permettre de traverser sereinement des expériences aussi intenses qu’une grossesse et un accouchement.

Auteur : Juliette HUOT-FADDA, Sophrologue.

2017-07-21T11:17:08+00:00 05/04/2013|Maternité|