INTERVIEW DE NIELS ARESTRUP

Dans le premier film qu’il réalise, ‘Le Candidat’, Niels Arestrup tire les ficelles d’un parti politique et en manipule le leader, joué par Yvan Attal, candidat lancé malgré lui dans la course à la présidentielle. Incisif, intelligent et osé.

[…]

Pour dessiner vos personnages, avez-vous fait un travail d’archives, une étude de comportement des politiques ?

Non, j’ai tout imaginé. Ça n’est pas très difficile ! Quand Yvan Attal a ce geste d’enlever ses chaussures avant le débat télévisé, par exemple, c’est particulier. Je sais que les hommes politiques travaillent beaucoup en sophrologie. J’ai été stupéfait par la différence d’attitude de Jacques Chirac entre la campagne de 1981 et celle de 1988. Il n’avait plus du tout la même position dans le fauteuil et pour la première fois, il ouvrait sa veste. Ça sentait le travail. Tous ces petits signes me captivent, parce qu’ils relèvent en fait d’une énorme manipulation. A partir du moment où vous commencez à travailler votre comportement pour avoir l’air efficace, sympathique, intelligent et intéressant, qu’on fabrique une image, on peut parler de manipulation. Elle n’est peut-être pas grave, pas scandaleuse mais néanmoins elle existe.

[…]

A découvrir l’interview de Niels Arestrup sur Evene.fr