Joie ou bonheur ?

Les personnes que j’accompagne me demandent très souvent comment trouver le bonheur.

Je leur réponds que je ne sais ce qu’est le bonheur sauf peut-être aujourd’hui un bel objet marketing ( j’ai vu l’autre sur une affiche publicitaire, « soyez heureux, achetez ces vêtements »).  Il y’ a certainement une philosophie du bonheur, peut-être…

Je leur propose alors de rechercher plutôt la joie. Nous appréhendons ce que sont la colère, la peur ou la tristesse …mais la joie?

Acheter une nouvelle paire de chaussures rend-il joyeux? peut-être.

Regarder une émission avec humour rend-il joyeux? peut-être

Réfléchissons, ou souvenons-nous: Quand avons nous ressenti de la joie? petite ou grande joie. Je ne parle pas de gaieté. Je peux être gaie de partir en vacances, mais joyeuse?

La joie est liée à ce qui fait de nous des êtres complets. Reliée à l’idée d’achèvement.

Plus concrètement, si vous décidez de courir le semi-marathon, que vous vous entrainez pour ça et que le jour J, vous réussissez à finir le parcours, que ressentirez-vous? de la joie.

Et pourtant s’entrainer pour le marathon peut être difficile, éprouvant, douloureux.!

Autre exemple : je suis un fumeur de longue durée; et je décide d’arrêter de fumer. Le manque se fait sentir, la frustration immense de ne pas avoir de nicotine, le geste qui est indispensable à mon quotidien. Et peu à peu, je trouve une autre manière de combler ce manque. Je vis autre chose.

Nous sommes bien ici dans une certaine réalisation de soi. Un objectif, des moyens pour l’atteindre et enfin la réalisation. Au bout de la réalisation… la joie.

Lorsque je réalise quelque chose, je passe du modèle « je réfléchis » à celui « j’agis ». Je passe également du modèle « je questionne » à celui « je trouve la solution ».

Entre les deux, il y a les efforts et le travail. Evidemment la solution peut venir d’ailleurs ou de quelqu’un d’autre. Il est également possible que l’action soit faite par un tiers….mais le résultat me procurera t-il de la joie?

Je suis loin, bien loin de ce qui nous est vendu partout en permanence: de vite fait, du rapide, du magique, de l’immédiat et du bonheur.

Ainsi sur ce chemin il peut exister des difficultés, des contraintes, des retards, de la frustration, de la tristesse, puisque nous parlons bien d’un effort accompli en vue d’atteindre le but que l’on s’est fixé!!

Comment dès lors s’emplir de joie ?

En construisant des projets personnels ou professionnels.

Et quand je parle de personnel cela peut être par exemple: de se dire qu’à compter d’aujourd’hui, je vais faire un effort pour être plus à l’écoute;  ou décider qu’une fois par semaine, je vais aider 1 personne, pas forcément celle qui habite au bout du monde et que je ne verrais jamais, mais une amie, une voisine, une personne dans la rue ou le métro…; ou encore de me dire que je vais mettre un peu de mon orgueil en veilleuse.

  • Attention cependant, pour avancer soi-même,  il est nécessaire de savoir qui je suis et de ne pas me mentir. C’est la condition à une réalisation personnelle
  • Attention également à apprendre à se regarder soi-même. Je me réalise si j’accepte d’être qui je suis, si j’accepte mon histoire, ma famille, mes origines. Avec mes données personnelles et sans regarder les données de l’autre, je peux me réaliser et être joyeux.

En se retournant régulièrement sur ce que j’ai réalisé. Les petites choses, et pas nécessairement les chantiers de longues haleines.

Faire des bilans quotidiens, de réalisations semblent tellement banales! Et vous qu’avez-vous réalisé hier ?

La sophrologie est ici encore une grande aide :

  • Aide déjà à accepter la réalité telle qu’elle est. Si je vis dans un monde virtuel, j’ai aussi peu de chance de me réaliser. Si je ne regarde pas la réalité en face, mes actions iront dès le départ dans une fausse direction.
  • Aide à savoir qui je suis. Comment me réaliser si je ne sais pas qui je suis?
  • Aide également à passer à l’action.
  • Aide enfin à savoir se retourner sur ce qui a été accompli et à en prendre tout le positif.

 

Auteur : Bethsabée IFRAH-DOUBEZ, Sophrologue.

2017-07-21T11:19:57+00:00 14/03/2014|Psycho|