Au mois de mai dernier, l’Agence des Médecines Complémentaires et Adaptées (A-MCA) a annoncé le lancement de la toute première étude scientifique sur la sophrologie. Centrée sur les aidants*, cette étude représente une étape importante pour la sophrologie.

Un grand pas pour la sophrologie

En 2021, l’INSERM (Institut National de la Santé Et de la Recherche Médicale) a publié un rapport1 traitant de l’efficacité de la sophrologie sur ses utilisateurs. Ce rapport indique que, jusqu’à présent, il n’existe pas d’étude montrant les effets de la sophrologie sur les personnes qui l’utilisent. Cependant, depuis le mois de mai dernier, la donne a changé. En effet, l’Agence des Médecines Complémentaires et Adaptées (A-CMA) a décidé de mener sa propre étude scientifique2. L’objectif est de montrer quels effets peut avoir la sophrologie sur les personnes qui l’utilisent. Cette étude marque un tournant dans la considération de la sophrologie auprès de la société, mais aussi du monde médical. Les résultats représenteront un grand pas dans la reconnaissance de la fiabilité du métier de sophrologue.

Une étude aussi sur le terrain

Même si l’étude possède un axe scientifique, l’A-MCA souhaite aussi travailler sur le terrain. Cela signifie qu’elle va collaborer à la fois avec des experts scientifiques, mais aussi des experts sophrologues. Pour l’A-MCA, il n’est pas envisageable d’organiser cette étude uniquement sur le plan scientifique. Il est important d’avoir l’analyse de sophrologues spécialistes3, telle que Catherine Aliotta4 en tant que référente sophrologue, pour avoir une étude de terrain. Cette collaboration est primordiale pour l’agence, car ces experts permettront de rendre l’étude d’autant plus qualitative en raison de leurs compétences. Avoir deux types d’experts au sein de cette étude permettra alors d’avoir des points de vue différents et de rendre les résultats d’autant plus complets et précis. Effectivement, ces résultats toucheront à la fois le domaine scientifique, mais aussi celui de la sophrologie, qui est l’objet de cette étude.

Une étude interventionnelle axée sur les aidants

L’objectif de cette étude interventionnelle est d’évaluer « les effets de la sophrologie chez les aidants de personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer ». En somme, les recherches porteront donc sur les personnes utilisant la sophrologie pour résoudre cette problématique. Cela permettra de mettre en lumière les bienfaits de la sophrologie et ses répercussions sur les personnes en situation de fragilité. En effet, cette étude représente une belle avancée pour la sophrologie car elle permettra de reconnaître scientifiquement son action bénéfique.

Ainsi, cela apportera une fiabilité certaine quant à la sécurité et l’efficacité de la sophrologie dans son ensemble. Ces recherches pourront alors démontrer les bienfaits que cette discipline apporte aussi sur les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer. La sophrologie possède de nombreuses cartes en main afin d’aider et d’accompagner les personnes qui en ont besoin. Ainsi, cette première étude scientifique permet d’ouvrir la voie à de prochaines recherches sur la sophrologie afin de reconnaître davantage cette discipline comme un accompagnement essentiel au quotidien.

* NB : individus venant en aide aux personnes en perte d’autonomie

En savoir plus