A ne pas confondre avec le vertige, l’acrophobie n’est pas simplement une peur mais une réelle phobie qui touche 2 à 5% de la population française. L’acrophobie, ou l’angoisse du vide, peut être un véritable frein au quotidien pour les personnes atteintes. Cependant, il est tout à fait possible de calmer ses angoisses liées à cette phobie grâce à la sophrologie !

L’acrophobie et le vertige : deux peurs différentes

Attention à ne pas confondre acrophobie et vertige ! Même si ces derniers concernent la même peur, celle du vide, elle se caractérise de manière très différente. Lorsqu’une personne souffre de vertige, cela va concerner la partie physiologique de son corps. C’est-à-dire que les causes de cette peur concernent principalement une défaillance au niveau physique (oreille interne etc…). Tandis que l’acrophobie va toucher le côté psychique1, ce qui signifie que tout se passe dans le cerveau. Le psychologue Vincent Trybou2 parvient d’ailleurs à expliquer clairement comment fonctionnent les personnes acrophobes. « Au lieu d’analyser les choses objectivement, le cerveau des personnes phobiques imagine des situations dangereuses et les transforme en scénarios plausibles ».

Cette phobie se définit de manière simple : la peur du vide. Mais en vérité, il est difficile de définir l’acrophobie comme une simple peur. Les personnes souffrant de cette phobie ont une angoisse disproportionnée face au vide. En effet, la peur que ces personnes vont ressentir sera très exagérée face aux réels dangers. Le responsable : le cerveau qui joue des tours à ces personnes lorsqu’elles se retrouvent face au vide. Elles ne peuvent donc pas être rationnelles car c’est leur cerveau qui amplifie et aggrave la situation.

Par exemple, si une personne souffrant d’acrophobie se retrouve sur un balcon, la peur risque de prendre le dessus. Au lieu de penser que la rambarde la protège de la chute, cette personne va instantanément croire qu’elle risque de se casser à tout moment. D’ailleurs, l’angoisse est d’autant plus grande s’il n’y a aucune rambarde ou aucun obstacle entre le vide et la personne. Ce qui rend leur quotidien souvent compliqué.

Cette phobie peut effectivement se manifester sous différentes formes. Que ce soit une impossibilité de bouger, des tremblements ou encore des crises d’angoisse très aigües, les symptômes peuvent différer en fonction des personnes. Cette sensation d’être attiré par le vide, que beaucoup connaissent, est souvent ressentie de manière beaucoup plus intense chez les personnes souffrant d’acrophobie.

Les origines de cette phobie

Il existe plusieurs causes pouvant expliquer l’apparition de cette phobie. Pour certains, l’acrophobie se déclenche suite à un traumatisme (chute, expérience terrifiante face au vide etc…). Pour d’autres, cette phobie peut être héréditaire3 et se développer dès l’enfance. En effet, il arrive que certains parents transmettent leurs peurs à leurs enfants sans s’en rendre compte. Ayant tendance à mimer le comportement de ses parents, l’enfant peut développer une peur du vide en les observant. Au fil du temps, cette peur peut ensuite se transformer en phobie et il devient alors compliqué de s’en défaire.

Pour certains, cette peur, s’est amplifiée au fil du temps jusqu’à devenir une phobie qui peut parfois être très handicapante au quotidien. Ces personnes phobiques adaptent souvent leur quotidien afin d’éviter toutes les situations où elles pourraient se retrouver face à un vide plus ou moins important. Alors pour parvenir à surmonter cette phobie et éviter de vivre dans l’angoisse constante, la sophrologie a de nombreux atouts en poche !

La sophrologie : un très bon accompagnement face à sa phobie

La sophrologie est une excellente méthode pour apprendre à surmonter les angoisses du quotidien et elle est aussi très efficace sur le plan thérapeutique. Elle offre, en effet, un excellent accompagnement4 face à de nombreuses pathologies telles que les phobies. Grâce à plusieurs exercices, la sophrologie permet aux personnes phobiques d’évacuer leur anxiété et ainsi mieux appréhender des situations angoissantes. Comme l’explique Vincent Trybou, « rappelez-vous qu’il s’agit d’un phénomène chimique dans votre cerveau ». De fait, si une personne acrophobe se retrouve face au vide, elle pourra réutiliser les différentes techniques que son sophrologue lui aura apprises afin de mieux gérer la situation.

En supplément d’un suivi médical, la sophrologie se positionne en tant qu’accompagnement pour entraîner le cerveau à se calmer lorsqu’il pense être en danger face au vide. Cet entraînement passe par différents exercices respiratoires et de visualisation qui parviendront à diminuer les angoisses et reprendre son calme. Ainsi, l’accompagnement sophrologique permettra aux personnes souffrant d’acrophobie de mieux gérer, par exemple, leurs angoisses face à l’idée d’être sur un balcon !

En savoir plus