L’hypocondrie, cette peur disproportionnée sur son état de santé, est un véritable trouble qui peut rendre le quotidien des personnes atteintes cauchemardesque. Alors, pour calmer ses angoisses et pour aider à contrôler son hypocondrie, la sophrologie se positionne en tant qu’aide supplémentaire.   

La distinction entre hypocondrie et préoccupation hypocondriaque

Comme l’explique la psychologue Caroline Dublanche1 : « avoir peur d’être malade, surestimer un peu ses symptômes, ça nous est tous arrivé ». En effet, cela peut arriver à tout le monde de surévaluer ses symptômes, de peur d’avoir attrapé une maladie. Cependant, cela ne relève pas pour autant de l’hypocondrie, qui est beaucoup plus rare2. En effet, cette dernière représente une « anxiété chronique »3 liée à une inquiétude exagérée sur son état de santé général. Un hypocondriaque aura donc une peur constante de développer ou d’attraper une maladie.

Alors que surestimer ses symptômes relève surtout de la préoccupation hypocondriaque, qui est différente de l’hypocondrie. En effet, il arrive à tout le monde de ressentir une certaine inquiétude à l’apparition d’un symptôme, et de le surestimer. Et le simple fait de se rendre sur Internet pour se renseigner sur ses symptômes ne fait qu’accroître cette inquiétude. C’est d’ailleurs ce que font un bon nombre de personnes, mais cela ne relève pas pour autant de l’hypocondrie.

Ce type de préoccupation n’est pas dangereux et peut être atténué grâce à la consultation d’un médecin, qui va analyser les symptômes de son patient et potentiellement le rassurer sur son état de santé. Un hypocondriaque, quant à lui, ressent une véritable angoisse au quotidien, persuadé que sa santé se dégrade. De fait, sa vie sera totalement différente des autres en raison de son anxiété et de son quotidien totalement chamboulé par son hypocondrie.

Hypocondrie : un quotidien angoissant

À cause de son anxiété démesurée, un hypocondriaque n’aura pas le même mode de vie qu’une personne qui n’angoisse pas pour sa santé. Il va effectivement adapter l’ensemble de son quotidien autour de ses peurs et tout faire pour ne pas tomber malade et/ou pour se faire soigner.

Parfois, certaines personnes développent alors une phobie de sortir de chez eux (claustrophobie) et vont tout faire pour limiter leurs sorties en restant chez eux. Cela peut donc avoir des conséquences sur leur vie quotidienne (travail, vie sociale, etc.). De plus, lorsqu’un hypocondriaque se rend chez son médecin, il va avoir le réflexe de remettre en question les propos et les compétences du médecin qui tente de le rassurer. Certaines personnes peuvent effectivement être persuadées d’être malades, malgré la réfutation du médecin. Elles sont persuadées d’être malades, et toute personne lui affirmant le contraire ment forcément.

De fait, ces crises d’hypocondrie vont avoir des effets néfastes sur la santé d’une personne hypocondriaque. En effet, ces crises d’anxiété engendrent généralement des palpitations, des vertiges, des douleurs et de multiples autres symptômes4. Comme l’explique le Professeur Pelissolo, « les symptômes d’une attaque de panique peuvent être impressionnants, mais ils ne sont absolument pas dangereux. Ils témoignent juste de l’adaptation de l’organisme aux émotions ».

Alors, en plus d’un suivi médical, les personnes souffrant d’hypocondrie peuvent bénéficier d’une aide supplémentaire avec la sophrologie. Ainsi, elles apprendront à calmer leurs émotions négatives pour surmonter leur peur.

La sophrologie pour canaliser son hypocondrie

Le fait qu’un hypocondriaque soit accompagné par un sophrologue va lui permettre d’avoir un soutien supplémentaire sur lequel il pourra compter lors de crises intenses d’hypocondrie.

Grâce à ce suivi sophrologique, il lui sera effectivement possible d’apprendre à relâcher les tensions avec des exercices de détente musculaire. Cela permettra d’abord d’extérioriser toutes ses pensées négatives afin de pouvoir ensuite faire entrer le calme en soi grâce à des exercices de respiration, tels que le soufflet thoracique5. Apprendre à instaurer le calme en soi permettra ainsi à l’ensemble du corps de s’apaiser et de réduire l’apparition des symptômes d’une crise d’hypocondrie.

Une fois le calme instauré et le corps relaxé, le sophrologue pourra pratiquer des exercices de visualisation pour travailler sur les images négatives reliées à l’hypocondrie. Au fur et à mesure des séances de sophrologie, un hypocondriaque pourra ainsi apprendre à remplacer ses pensées négatives par des émotions et des ressentis positifs. Ces exercices de visualisation sont très utiles afin de faire sortir la personne hypocondriaque d’un cercle vicieux de pensées négatives. En travaillant sa pensée positive, l’hypocondriaque entraînera aussi son cerveau à chasser les mauvaises pensées qui lui déclenchent ses crises. Alors, ce travail deviendra un solide pilier pour la personne atteinte d’hypocondrie, qui pourra utiliser l’ensemble de ces techniques dès que c’est nécessaire.

En savoir plus