« Cool girl syndrome » la sophrologie pour s’exprimer

cool girl syndrome

Dans la Pop Culture, on retrouve généralement cette fille magnifique, drôle, voir un peu garçon manqué mais qui reste détachée. Cette image à donner naissance à un nouveau syndrome : « Cool girl syndrome »¹.  Ce syndrome  affectant les femmes se portent surtout sur l’expression de leurs sentiments. Alors, pour apprendre à exprimer ses sentiments tout en restant cool, quoi de mieux que la sophrologie ?

Le syndrome de la fille cool

La Cool Girl, c’est une  femme avec des centres d’intérêt et des loisirs considérés comme « masculins » dans l’imaginaire collectif (jeux vidéo, foot, etc.). Tout en ayant des attributs physiques « ultra féminins ». Ces traits de caractère et ces qualités diffèrent de ceux attribué généralement aux femmes, ce qui la rend « unique ». Celle-ci est détendue en toutes circonstances : elle est amoureuse de son partenaire « mais-pas-trop », elle n’est ni jalouse ni possessive, elle n’est jamais déprimée, tout en étant bien habillée et bien maquillée. Ce syndrome influence le comportement de certaines et comporte de lourdes conséquences sur leur vie amoureuse. La Cool Girl : ne pleure pas, ne hurle pas à la moindre contrariété et ne fait pas de “drama”. Elle est détachée… et à l’excès (c’est du moins ce qu’elle veut montrer). En effet, les femmes concernées ont tendance à s’auto-réguler et à tempérer leurs émotions, en permanence, quand elles sont en couple.

Les conséquences de ce syndrome

Alors, pour avoir l’air « cool » aux yeux des hommes, les « filles cools » peuvent développer des troubles de la santé mentale: des troubles de l’humeur, voire de l’anxiété et de la dépression. Les femmes souffrant de ce syndrome s’empêchent de ressentir certaines émotions bien qu’elles en aient envie. Ainsi, leur ressenti est alors tu. Même quand elles subissent des comportements irrespectueux de la part de leur partenaire. En laissant passer ces comportements, ces femmes peuvent s’enfermer dans des relations amoureuses malsaines, voire toxiques. Pourtant, il est important, de poser ses propres limites. En effet, cela permet d’être dans un cadre sécurisant avec des valeurs et des principes communs. Toutefois, ce syndrome sévit également même célibataire. Comme l’explique la psychothérapeute Annie Zimmerman² « elles ne posent jamais de questions sur l’engagement et ne parlent jamais de relations à long terme avec leur partenaire, même quand elles en ont envie. Résultat : elles attirent et fréquentent toujours des prétendants qui ne veulent pas s’engager, et se retrouvent coincées dans des relations qui ne les rendent pas heureuses.« 

Publicité

La sophrologie pour libérer ses émotions

Ignorer le réel problème, jouer le détachement est un stratégie pour ces femmes d’éviter de subir le rejet³. Mais tout cela est terminer grâce à la sophrologie ! Cette méthode d’amélioration du quotidien propose différents outils permettant de relâcher la pression accumulée. En effet, maintenir intérieurement ces sentiments pèse sur ces femmes. Grâce à une écoute bienveillante et au partage de techniques de relaxation, l’accompagnement d’un sophrologue4 leur permettra d’évacuer la pression et de détendre l’ensemble de leur corps. Les contractions musculaires liées au refoulement des émotions peuvent effectivement créer des tensions en elles. Alors, en apprenant à libérer ces tensions, elles pourront plus facilement se détendre. Par la suite, des techniques de suggestion mentale s’avéreront aussi très utiles afin de renforcer la confiance en soi et de motiver ces femmes à confier leurs émotions. La peur du jugement et la crainte de sortir des cases pourront ainsi être dissipées au fil des séances. Enfin, la sophrologie permettra de se rendre compte du siège (corporel) des émotions. Ce qui permettra d’apprendre à les localiser et d’apprendre à les gérer.

Envie d'en lire plus ?