Sophrologie : déconstruire les idées reçues autour de cette pratique

sophrologie idées reçues stéréotypes

Les idées reçues autour de la sophrologie vont bon train et participent au dénigrement de cette pratique. Afin de vérifier leur authenticité, ce dossier s’est donc penché sur ces a priori. 

N°1 – La sophrologie, une pratique ésotérique

L’ésotérisme1 est définie comme une pratique tournée vers les sciences occultes et représente, dans l’imaginaire collectif, un courant de pensée pouvant engendrer des dérives sectaires. Et pour certains, la sophrologie ferait partie de ces pratiques ésotériques, au même titre que l’astrologie ou la cartomancie.

Pourtant, les fondements de la sophrologie ne ressemblent aucunement à ce type de courants. En effet, l’ésotérisme se base sur des croyances, contrairement à la sophrologie qui se focalise sur les ressentis physiques grâce à des exercices de respiration et de détente musculaire.

Qui plus est, il est difficile de comparer la sophrologie à une secte lorsque l’on en connaît les deux définitions. Une secte2 représente une organisation avec un engagement à vie pour ses membres. De plus, elle se caractérise par la mise en place « de pressions ou de techniques ayant pour but de créer et de maintenir ou d’exploiter chez une personne un état de sujétion psychologique ou physique ».

La sophrologie, quant à elle, n’est pas une organisation, mais une technique prônant l’autonomie et l’indépendance de la personne vis-à-vis de son sophrologue. En effet, l’objectif premier du sophrologue est d’accompagner son client afin qu’il puisse résoudre lui-même sa problématique et devienne donc autonome.

Bien qu’il existe des dérives, comme dans tout domaine, la sophrologie est donc dissemblable des dérives sectaires ou de pratiques ésotériques.

N°2 – La sophrologie n’est pas efficace

En 2020, l’INSERM publiait un nouveau rapport3 expliquant en quoi il était difficile de valider ou d’invalider l’efficacité de la sophrologie. Ce rapport met en exergue le manque d’informations et de recherches au sujet de cette pratique. Cependant, plusieurs autres études récentes ont permis d’apporter de nouveaux résultats quant à l’efficacité de la sophrologie.

En effet, une étude publiée dans The European Annals of Otorhinolaryngology4 a pu démontrer l’utilité de cette méthode en tant qu’accompagnement dans le traitement de certains acouphènes. Aussi, d’autres recherches sont actuellement en cours afin de déterminer le rôle et l’efficacité de cette pratique dans divers domaines. Parmi elles, la sophrologue et Professeur de Neuroscience de l’université Paris Saclay, Sylvie Granon, a lancé une étude5 portant sur l’usage de la sophrologie dans la préparation mentale et dans la gestion du stress.

Ainsi qu’une étude lancée par l’A-MCA (Agence des Médecines Complémentaires Adaptées) est actuellement en cours afin de déterminer l’efficacité de la sophrologie chez les aidants qui accompagnent les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer. Ainsi, bien que les données sur la sophrologie soient encore minces, les recherches avancent et tendent à démontrer son utilité au quotidien, dans divers aspects.

N°3 – La sophrologie n’a pas sa place dans le milieu médical

Bien que cet a priori soit vrai, il est généralement accompagné de l’idée que la sophrologie n’a pas sa place dans le milieu médical. Pourtant, croyez-le ou non, cette affirmation est tout bonnement fausse !

Que ce soit pour combattre les acouphènes ou pour lutter contre un cancer, la sophrologie aura toujours des bienfaits à apporter pour soutenir les personnes malades. Elle ne pourra effectivement pas soigner les maladies ou les troubles, mais elle pourra accompagner et donner des outils qui pourront améliorer leur quotidien6.

Gestion de la douleur, troubles du sommeil, retrouver de la vitalité… Toutes ces problématiques, dont de nombreux malades sont sujets, ont un impact sur le rétablissement. En effet, en améliorant leur bien-être sur différents aspects, la sophrologie permet aussi de retrouver une meilleure santé mentale, qui est essentielle pour lutter contre une maladie7. De nombreux professionnels de santé8 l’ont d’ailleurs compris et conseillent la sophrologie à leurs patients afin qu’ils possèdent un soutien supplémentaire.

Ainsi, même si la sophrologie n’a pas d’aspect curatif, elle possède de nombreux autres bénéfices qui permettent d’améliorer la vie des personnes malades au quotidien.

Envie d'en lire plus ?